Fast Food et video calorique

(garantie sans Omega3)

Bolex by day, Bolex by night.

On va me taxer de sectaire tant le nombre d’articles consacrés aux cameras de Blackmagic et une concurrente la Bolex trustent l’actualité du blog en ce moment. Eh mais que voulez-vous? Je n’y peux rien! Ce sont deux aventures qui me passionnent et dont les aventures sont EPIC (vu l’heure j’ai droit à cette blague d’un goût douteux…toi même tu sais…). Ce soir ce sont encore des images de la Digital Bolex D16 qui sont dévoilées et dont la production semble imminente. Petite particularité : les plans sont tournés de nuit ou dans des conditions de faible luminosité.

Le truc c’est que la D16 a une sensibilité qui n’excède pas les 400 ISO. Combiné à son petit capteur, cela ne la place donc pas dans les caméras vers lesquelles on se tournerait en basse lumière. Et pourtant la qualité des images tournées est surprenante. Certes nous n’atteignons pas des performances extraordinaires mais je m’attendais à largement pire. Ces plans tournés avec un vieux 25mm devraient être particulièrement intéressant en usage RAW. La vidéo semble déjà étalonnée, et vous pourrez déjà avoir un aperçu des limites de la caméra. Certaines ombres semblent avoir été récupérées, en témoigne un bruit minime dans certaines ombres, mais le résultat reste plus que convenable.

Autre détail qui m’a titillé la rétine, la manière dont la D16 semble gérer les problématiques de shutter. Peu de traces fantômes, peu de déformations d’images… La caméra semble être particulièrement aboutie. Si bien évidemment elle ne remplacera pas d’autres caméras dans mon utilisation (régulière) en basses lumières, je me répète : l’esthétique produite par la Bolex D16 est pour moi un réel atout. J’adore cet aspect très organique, et pour certains films où je n’aurais pas besoin d’une image parfaitement clean, il n’est pas impossible que mon choix se porte sur la D16 (Oui oui…folie je sais…).

category: