Fast Food et video calorique

(garantie sans Omega3)

NAB 2014 – Chapitre 02 Atomos dévoile le SHOGUN, premier enregistreur 4K HDMI.

Après l’annonce de l’Alpha 7S et puis le choc d’entendre qu’aucun enregistrement 4K ne sera possible en interne, l’ambiance est un peu morne. La nuit tombe petit à petit sur Vegas et l’apparition des lumières de la ville depuis la grande baie vitrée de la chambre apaise à peine la déception qui suit l’annonce du boîtier.

Demain, le salon ouvre ses portes, l’ensemble des annonces va tomber dans la nuit. Soit on veille, soit on découvre en live. Mais par l’annonce de l’Alpha7s, on sait déjà que l’année sera 4K. Oh pas un 4K tapageur ou spectaculaire comme on pouvait l’entendre les années précédentes, mais plutôt un 4K produit, qui sonne comme une évidence, qui a une stature et un intérêt professionnel. Plus que du gadget, le 4K va tenter de passer dans une véritable solution professionnelle tant les intérêts sont nombreux. L’Alpha 7s n’a fait qu’ouvrir les hostilités. On sait que l’ensemble des produits proposés seront compatibles 4K. Et on sait aussi que des enregistreurs externes 4K HDMI devraient faire leur apparition.

D’ailleurs il n’a pas fallu trop attendre. Atomos dévoile seulement quelques heures après son prochain enregistreur 4K. J’avoue avoir eu très peur quand Atomos a présenté le Ninja Blade il y a quelques semaines. De cette annonce anticipée je craignais un manque d’annonce de sa part au NAB.

Mais non, il est là, il s’appelle le Shogun (Après le Ninja, le Samurai et le Ronin, va-t-il encore rester des noms de disponible?). Quand tu le vois le truc, ça sent bon la fleur de cerisier et le katana dégainé. Il est le premier enregistreur qui permet l’acquisition d’un flux 4K non compressé 4:2:2 10 bit pour le transformer en fichiers ProRes, Avid DNxHD ou même CinemaDNG. La dalle IPS 1920×1200 fait 7 pouces et dispose à la fois d’entrées HDMI et 12G-SDI, enregistre sur carte CF. Un support des LUT 3D et des XML Final Cut est compris dans le tout, et on peut tenir jusqu’à une cadence de 120fps en Full-HD.

Il est sous cloche, inaccessible. Il est attendu pour la fin de l’année pour un prix tournant autour de 2000$ et promet d’offrir ses heures de gloire aux GH4 et A7s. Pour le moment, impossible de s’en servir, mais il est là. Et il est imposant. Plus imposant que l’Alpha 7s (pour qui il a été développé à l’origine) sur lequel il est monté. Le retour est très beau mais je continue à penser que 7 pouces est une taille un peu trop imposante pour ce type d’accessoires destinés aux DSLR qui nécessitent quand même une certaine portabilité. Mais pour le reste il n’y a rien à dire, il est magnifiquement bien fini et possède enfin l’ensemble des connectiques dont on a besoin. Un recorder pour les contrôler tous, c’est le moins que l’on puisse dire. Même si l’Alpha 7s ne permet que de sortir un flux 4K en 8 bits, ses formidables capacités en basses lumières combinées à un Shogun devraient faire des merveilles.

En dessous, légèrement en retrait, il y a un autre petit boîtier Atomos. Comme un lapin caché dans un recoin d’un chapeau haut de forme. C’est le Ninja Star. Une sorte de condensé de tout ce qu’a pu faire Atomos jusque là.

C’est un petit enregistreur HDMI ultra-compact, permettant d’être montré sur des dispositifs comme des drones ou dispositifs de stabilisation optiques. Et pour cause, il pèse moins de 100g et possède une autonomie de 5h ! Il peut encoder un flux HD en ProRes à partir d’un signal 4:2:2 10 bit et le stocker sur carte CF. Une solution ultra-compacte pour le minimum syndical. Pas de retour vidéo sur ce boîtier, ça réduirait l’autonomie. Pour ceux qui cherchaient un simple dispositif d’enregistrement qualitatif et abordable, voilà la réponse : le Ninja Star sera disponible fin Mai pour 219€ HT.